vendredi 26 octobre 2007

réSIXtance !

La Mairie a rompu les négociations et a décidé de nous expulser.
Nous avons reçu aujourd'hui les commandements à quitter les lieux d'ici vendredi 17H.
Nous ne nous laisserons pas faire !
Rendez-vous vendredi.




Le centre culturel et social autogéré du 6 rue de la Madeleine à Besançon est menacé d'une expulsion imminente.

Après sept mois d'activités, de créations, de manifestations, de concerts, d'ateliers, etc., la Municipalité veut mettre un terme à notre initiative.

Plus de quatre mille personnes ont partagé ce lieu. La dynamique associative qui l'anime est possible loin des logiques institutionnelles. C'est un espace où tous et toutes, artistes, étudiants, chercheurs, précaires, militants, habitants, commencent à retrouver le goût de faire des choses ensemble.

La Ville n'a pas su saisir les enjeux de notre occupation et de notre résistance à la marchandisation d'un quartier qui perdrait ce qui a été un espace public dévolu à l'éducatif depuis des décennies.

Profiter de la vacance des locaux est l'occasion de construire une expérience qui donne l'envie de reprendre du pouvoir sur nos vies.

Défendons ce lieu ensemble !

Vendredi 26 octobre de 17H à minuit

17 H : Grand rassemblement de soutien et accueil de l'huissier de Justice.

L'huissier envoyé par décision de la Mairie vient nous signifier que notre refus de partir implique l'intervention des forces de l'ordre.

Contre un recours à la force publique, nous recourons à la force du public et organisons un


Grand Bal de la Police
avec en gest star à 17H30 :
l'huissière de Justice (pop post-giscardienne from Bezac)
des chansons de mauvais goût
le GIGN (hard core from Montbéliard)
Black Sabbath (sous réserve)
un public ringard et mal habillé (tenue de combat exigée)
DJ Chips (trash folk post-industriel from Battant)
d'autres invités surprise...

Avec le soutien de Jean-Pierre Fousserot, du Hamas de Battant et des orphelins de la police.

Une rasade de vin chaud pour les braves.



Vous pourrez également vous faire imprimer le 6 et toute son histoire sur le support vestimentaire de votre choix par notre atelier sérigraphie toute la soirée.

Un collector !

7 commentaires:

Anonyme a dit…

on y sera

Anonyme a dit…

nous aussi !!!!

Jean Pierre Fousserot a dit…

hasta la victoria siempre

jean-pierre fousserot a dit…

mais je sais plus ce que ça veut dire...

Anonyme a dit…

la treve hivernale commence le 31 octobre, c bien ca ?

Arthur

june a dit…

On y sera aussi.

Anonyme a dit…

Le 6, passez-y !

Vendredi 26, c’était une journée typique au 6 rue de la madeleine,

Jacqueline se lève, Florian la rejoint peu de temps après, c’est son dernier petit dej au 6, il a trouvé un appart… café, il fait beau et frais.

L’équipe du sérious arrive, y a du pain sur la planche : construction d’un bar, c’est bientôt leur festival… Vous avez pas remarqué ces superbes affiches en ville ? des peintures, l’info ne tient que sur les bandeaux, ça fait comme une expo dans la ville, chaque affiche est différentes, ça me rappelle les Odd il y a plus de 10 ans.

Timo, Vincent les rejoignent, y a du nettoyage à faire. Ça, c’est vraiment une habitude, car il y a toujours du ménage à faire au 6 !
Ben oui, la règle de base, c’est que chacun range son truc mais ça marche pas à tous les coups, pensez-y la prochaine fois. Merci.

Pis vu que c’est un lieu qui est sans cesse en mouvement, faut l’adapter à chaque manifestation : les chaises sont dans la salle fousseret, ce soir, elles serviront principalement dans la salle de presse (qui se transformera en réfectoire), les estrades sont au deuxième, faut les redescendre pour le concert des fées minées, guest star du bal de la police ce soir.
Les filles arrivent pour préparer le vin chaud, ce soir le 6 offre sa tournée, alors, vas-y épluche des oranges. Laure arrive, elle a rendez-vous avec José, Hugues et Matthieu. le sociologue Hugues Bazin passe la journée à Besançon pour faire des entretiens pour une recherche-action. Ils s’installent dans une pièce au calme, il y a simplement trois filles qui répètent du théâtre ou de la danse à coté. Timo continue de transformer la salle du ciné-club en salle de concert accueillante, Christophe l’a rejoint et l’autre christophe, celui du serious joue toujours de la perceuse. Jean Charles rédige un truc sur l’ordi et répond au téléphone, il est sur le chemin des toilettes alors tout le monde le dérange un ptit coup, à moins que ça ne le dérange pas, il aime bien parler jean-charles.

Jean-Michel arrive le premier pour les derniers préparatifs de ‘rue libre’ la journée nationale des arts de la rue ; suit Christophe, Marjorie, Jacques et Hervé de l’unité, Laurent qui est malade, réu au deuxième, Jacqueline et son collègue passent filer la main, il y a toujours quelque chose à faire au 6, mais on ne sait pas toujours quoi !

Mais il est déjà 5 heures, les journalistes s’impatientent; en même temps on les a convoqué plus tard, mais chacun a ses contraintes. Là, c’est le cafouillage habituel, les joies du collectif, avec qui décide qui parle ou on s’installe, et… Antoine alors devant les caméras !
Pendant ce temps au rez de chaussée, en bas des escaliers, Arnaud, David et Julien installent pour la première fois l’atelier de sérigraphie du 6, de quoi imprimer des posters couleur ! Ils veulent installer un atelier permanent ; y aurait un collectif qui fait de la bd, d’autres artistes souhaitent aussi rejoindre le pôle art graphique, on pensait l’installer dans la petite école enfin, si le lieu ne ferme pas… Les trois ont bossé comme des dingues, comme beaucoup d’entre nous, fallait être prêt, d’ailleurs le vin chaud est dehors, on en propose à l’huissière, je sais pas si elle a le droit d’accepter, ils sont trois en tout, et ne restent pas longtemps, ils ont vu nos affiches, je crois. Bref, plutôt calme et bon enfant, d’ailleurs, il y en a quelques uns qui jouent des enfants. Loulou n’a pas retrouvé le petit vélo, quelqu’un se le serait-il approprié ? il était déçu en tout cas…

Ah ! j’allais oublié : Adrien, notre cuisto de la première heure, il est revenu. Avec toute son équipe. Tout le monde mange sur place, je dirais une cinquantaine de repas servi, quelques grandes tables, il y a Anne-Laure, Eric, Christian, le copain de l’autre Christian (qui nous a envoyé des pensées électroniques), Laurent, Claire, Fabien, pis plein d’autres que je ne connais pas encore, des plus jeunes, des plus agés. J’adore le moment du repas, elles sont sympas ces nouvelles nappes, c’est de la déco de la semaine amérique latine, j’imagine. C’est la première fois que je mange dans cette salle au premier étage, un lieu en constante évolution on vous dit! Fin du concert, merde il est où Renaud ?

Le 26, il a fait du bien au 6…
L.